Le silence du haïku

Jean Antonini

Abstract


Il nous semble que le haïku, ce genre poétique né au Japon à la fin du 17e siècle et dont l’usage s’est répandu dans plusieurs pays et dans plusieurs langues, présente des liens forts avec la notion de silence. La forme elliptique, suggestive – en particulier la césure entre deux images – produit des blancs qui brouillent l’esprit, laissant le lecteur à ses interprétations. Privilégiant la « sensation immédiate »,le haïku attire souvent l’attention sur l’inaptitude de la langue à représenter le réel, créant une sidération qui évoque l’effacement du langage.

 


Full Text:

PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.